Le conservatoire de musique

Depuis les années 30, le conservatoire dispense ses connaissances aux Orangeois.

L’école de musique qui avait un caractère associatif depuis les années 30, devient dans les années 60 un Conservatoire de musique municipal. Etablissement culturel à part entière, il constitue un pôle fort d’activité artistique musicale. Comme centre de ressource pour la musique il a vocation à répondre, directement ou en partenariat avec d’autres institutions, à une demande diversifiée

La cour Saint Louis accueillait déjà des représentations lyriques l’été, dans le cadre du festival des Chorégies ou pour les représentations du Conservatoire lui-même. De la coupe du platane à la réfection des bâtiments, les 600 élèves autant que la ville pourront profiter d’un bâtiment historique agrandi et plus confortable.

Les vacances de printemps ont donné l’occasion aux ouvriers de monter les échafaudages, ouvrant quatre mois de travaux de rénovation pour le conservatoire de musique.
Les travaux engagés sont prévus pour une durée de quatre mois, de mars à juin 2018. Cette rénovation permettra d’augmenter le nombre de place dans la Cour Saint Louis mais aussi de préserver les façades et de rajeunir l’ensemble. Ils permettront également le futur aménagement d’une nouvelle classe de danse, prévue pour la rentrée de septembre 2018.

Un Conservatoire dynamique qui continue de se developer

Aujourd’hui le Conservatoire accueille près de 600 élèves répartis sur 3 cycles et encadrés par 27 professeurs. D’un rayonnement sur le département de Vaucluse très fort, deuxième après Avignon, de nombreuses pratiques instrumentales sont proposées.

Signe de réussite, le Conservatoire s’étend : en 2008 s’ouvre la classe d’arts dramatiques ; aujourd’hui, c’est une classe de danse classique qui s’annonce, l’ouverture étant espérée pour la rentrée prochaine. Cette volonté de se diversifier explique les pratiques variées proposées : du très classique piano aux musiques traditionnelles (galoubet tambourin, hautbois languedocien, cornemuse provençale) en passant par la musique actuelle (comme la guitare électrique ou la musique assistée par ordinateur) et le chant chorale.

La musique traditionnelle avait longtemps été délaissée dans l’enseignement classique, notamment en raison de sa très forte oralité, très peu d’écrit existant. Mais la musique actuelle s’est réappropriée le répertoire populaire pour remettre le patrimoine local au goût du jour.