Restauration de la statue de la Sainte Vierge.

En novembre 2017, la Ville d’Orange entreprend la restauration de la statue installée en 1857 sur la colline Sainte-Eutrope.

En témoignage de la proclamation du dogme de l’Immaculée Conception par le pape Pie IX, en 1854, l’abbé Polette, alors curé de la cathédrale Notre-Dame décide d’installer une statue de la Vierge à Orange. Elle est posée en 1857 au sommet de la colline Saint-Eutrope. 60 ans plus tard, la ville d’Orange entreprend sa restauration avant la fête mariale du 8 décembre.
Restauration de la statue par les agents municipaux

Le 10 novembre 2017, la statue est déposée de son piédestal et amenée aux services techniques en vue de sa restauration. Du 14 au 16 novembre, les agents sablent en profondeur l’effigie afin de supprimer non seulement les traces de rouilles mais lui permettre également de retrouver un support sain. Le 17 novembre, les agents réparent des casses et colmatent les microfissures. La dernière étape de la restauration consiste à repeindre la statue. Les travaux se terminent le 24 novembre.

Restauration du piédestal et de la grille périphérique de la statue

Sur la colline, des travaux sont également entrepris pour restaurer le piédestal et la grille. La première étape qui s’étale entre le 13 et le 23 novembre consiste à restaurer par micro-gommage l’ensemble des parements en pierre du piédestal mais aussi des marches et du muret périphérique. Enfin et pour seconde étape, les agents de la ville commencent le 20 novembre le décapage de la grille périphérique puis le façonnage en vue du remplacement d’une quarantaine de pointes cassées. Les travaux se finissent le 28 novembre avec la repeinte de l’ensemble de la grille.
Le 1er décembre, la statue est remise en place sur son piédestal de la colline et surplombe de nouveau la ville. Ce travail minutieux a été possible grâce aux agents de la ville et à l’entreprise Girard Monuments Historiques qui s’est occupé du piédestal en pierre

Ce travail minutieux a été possible grâce aux agents municipaux et à l’entreprise Girard Monuments Historiques qui s’est occupé du piédestal en pierre.